Lettre à ma sénatrice sur le projet de loi bioéthique

Madame la Sénatrice, La nouvelle loi de bioéthique comporte de nombreuses dispositions très dangereuses pour l’avenir de la société française. Nous déplorons tous la difficulté des français à être entreprenants, imaginatifs, audacieux pour permettre à la France de mieux fonctionner et de rayonner dans le monde. Comment pourrait-il en être autrement quand la société française est, mandat après mandat, attaquée dans ses fondations. 

Courrier adressé par M. Mathieu Chauvin, Vice-Président de SOLIDARITÉ-France (www.solidarité-france.fr ) à sa sénatrice.

Comme tous les élus locaux, je constate que parmi les plus touchées figurent les familles, toujours plus fragilisées, toujours plus agressées et déstabilisées. Cette souffrance des familles est la source, bien souvent, de la souffrance des membres de la famille. Ces personnes qui n’ont pas eues la chance d’être harmonieusement structurées sur les plans affectifs et relationnels sont vulnérables à toutes sortes d’addictions, de reproduction de comportements destructeurs et peinent à remplir sereinement leurs missions de femme ou d’homme.Nous connaissons le coût de ces détresses pour les collectivités, en particulier les communes, qui doivent pallier de mille façons au difficultés des foyers.

En facilitant et validant la construction de cellules familiales fragile et invraissemblables, la loi actant l’extension de la PMA va créer de nouvelles difficultés qu’il faudra plusieurs générations pour résoudre.
Comme pour l’écologie, nous allons, par égoïsme, léguer à nos enfants des problèmes insolubles. 
Avez-vous conscience de cela ?

Voici, rapidement et en vrac, quelques uns des problèmes posé par cette loi :
• Des filiations irréalistes provoqueront de nombreuses souffrances identitaires chez les enfant nés de PMA. 

• Est-il responsable de créer délibérément des familles monoparentales autour des femmes seules lorsqu’on connait les difficultés rencontrés par ces familles et leur coût social ?

• La congélations des ovocytes est davantage destinée à constituer des stocks de gamètes (sur le dos des femmes) qu’a leur donner des donner des possibilités d’avoir des enfants différés.

• L’argent de la PMA sera plus utile pour développer une médecine de restauration de la fertilité des couples que pour constituer des dividendes aux investisseurs des cliniques.

• La question des embryon congelés, véritable casse-tête éthique ne peut pas résolut par leur destruction. Peuvent-ils être confiés à l’adoption et implantés chez des femmes dans des couples hypofertiles ? C’est une question très complexent. Voter leur destruction c’est ordonner la mort de ces embryons par la loi ; une sorte de peine de mort.

• Tout ceci pour rendre inéluctable la GPA qui est la version récente de la plus vielle forme d’esclavage : vendre ses enfants pour payer ses dettes. 

Aussi madame la Sénatrice, je vous encourage à rejeter en bloc la loi en attente d’une révision plus respectueuses, des enfants des femmes et des hommes.

Courage,

Matthieu Chauvin

%d blogueurs aiment cette page :