Un pédopsychiatre met en garde contre l’absence de père

Alors que l’examen du projet de loi bioéthique a démarré le 24 septembre à l’Assemblée nationale, le pédopsychiatre Pierre Lévy-Soussan, interrogé sur LCP, a émis de fortes réserves sur le projet de loi qui vise à consacrer à l’État civil l’absence de père dans le cas d’une PMA entre deux personnes de même sexe.

Article d’origine: La rédaction d’Aleteia | 25 septembre 2019

Composé de 32 articles et quelque 2.500 amendements, le texte de loi bioéthique est arrivé en discussion à l’Assemblée nationale mardi 24 septembre. Pierre Lévy-Soussan, pédopsychiatre et psychanalyste précédemment entendu lors des auditions en commission, était interrogé par la journaliste Myriam Encaoua dans le cadre de l’émission « Ça vous regarde » diffusée le 24 septembre sur LCP, la chaîne parlementaire. Au cours de la discussion, il a particulièrement défendu le rôle du père auprès de l’enfant. Selon lui, « un enfant sait très bien ce qu’est un père et […] ce qu’est une mère ». Les interactions du père avec l’enfant sont très différentes de celle de la mère, a-t-il argumenté, expliquant que le risque était d’ « éradiquer chez l’enfant un certain nombre de relations qui sont propres au style interactif du père et de l’homme ».

« Ça ne va pas si bien que ça »

Le spécialiste de l’enfance n’a pas hésité à dénoncer les études sur lesquelles s’appuie le projet de loi qui ont été faites, selon lui, dans un « contexte militant ». « Elles étaient totalement biaisées », s’est-il exclamé. Au sujet de la PMA pour les couples de femmes, il a dénoncé « le dogme du tout va bien ». « On a des études pour dire : “ça ne va pas si bien que cela”, a-t-il lancé, pointant du doigt le « dogme de l’enfant qui va bien ». Selon lui, un enfant en manque de père risque de présenter un certain nombre de problèmes tels que les difficultés scolaires et le manque de confiance en soi. « Cela ne veut pas dire que ces risques n’existent pas ailleurs », a-t-il reconnu, « mais on parle justement de surincidence », déplorant un discours « qui risque de banaliser les risques ».

Avant l’examen du projet de loi dans l’hémicycle, une commission spéciale en charge de la révision des lois de bioéthique a auditionné de nombreux experts, médecins et psychanalystes, juristes, gynécologues, psychiatres et chercheurs sur les enjeux que soulèvent le texte du gouvernement. Le 5 septembre, elle a reçut trois spécialistes de la psychiatrie, Myriam Szejer,Catherine Jousselme et Pierre Lévy-Soussan, qui avaient déjà, tous les trois, mis en garde les parlementaires contre le manque de recul sur ces sujets et le risque de fragilisation de l’enfant en cas de PMA.

%d blogueurs aiment cette page :