Sponsor porno pour Club de rugby : JPE écrit au club

Lettre ouverte au Club de rugby de Carcassonne

A madame Christine MENARDEAU-PLANCHENAULT

A monsieur Frédéric CALAMEL

Union sportive carcassonnaise 

32 rue Antoine Marty

11 000 Carcassonne

Madame la directrice générale, 

Monsieur le président de l’Union Sportive Carcassonnaise XV

Dans un communiqué du 7 février 2019, vous avez annoncé que le site « Jacquie & Michel » serait sponsor de l’USC le temps d’un match, à l’occasion de la rencontre du 1ermars prochain où les carcassonnais recevront le Biarritz Olympique.

Nous vous écrivons afin de vous faire part de notre étonnement que votre club n’ait rien trouvé de mieux qu’un partenariat avec un site pornographique pour remplir son stade lors de sa prochaine rencontre avec le club de Biarritz. 

S’il s’agit pour vous d’une communication « fun et décalée » et d’un « moyen insolite de faire du buzz », l’association Juristes pour l’Enfance vous signale que ce « moyen insolite » consiste à inviter votre public à se rendre sur ce site pornographique.

Cette publicité en faveur d’un site pornographique est irresponsable en direction de votre jeune public, alors que les sondages indiquent clairement une augmentation des fréquentations des sites pornographiques par les jeunes (enquête de l’Ifop publiée  20 mars 2017), et que les professionnels de santé ne cessent d’alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de ce phénomène de société ( https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/le-cri-dalarme-de-medecins-contre-l-exposition-precoce-a-la-pornographie_2803479.html). Le gouvernement s’est d’ailleurs emparé du sujet et Marlène Schiappa a récemment annoncé sa volonté très ferme de limiter l’accès aux sites et vidéos pornographiques aux mineurs ( https://www.aufeminin.com/news-societe/marlene-schiappa-limite-acces-pornographie-enfants-s2893900.html)

Le monde du rugby déjà affecté par des événements dramatiques de ces derniers mois (décès accidentels de joueurs) et confronté à la baisse du nombre de ses licenciés (- 10 %) souhaite-t-il vraiment faire la promotion d’une entreprise à rebours des valeurs sportives et des engagements du gouvernement ? N’a-t-il donc pas d’autres moyens pour améliorer son image que de faire la promotion d’une entreprise à la réputation pour le moins sulfureuse ?

Vous ne pouvez ignorer que ce site est qualifié par certains internautes de  site porno « sale », « trash », « peu fréquentable »  (il va jusqu’à proposer des scènes d’humiliation au cours desquelles une femme se fait dominer par plusieurs hommes), ni que « Jacquie & Michel »  a déjà tenté de conquérir le marché des mineurs. 

En décembre 2013, « Jacquie & Michel » a diffusé une vidéo avec une actrice se faisant passer pour une surveillante aux abords d’un lycée à Compiègne. Le film a été retiré du site sur les protestations des lycéens et menaces de plainte du proviseur. Quelque temps après l’entreprise a récidivé en s’emparant clandestinement d’un compte twitter destiné à des mineurs et suivi par 500 000 jeunes pour promouvoir une chanson.

Votre club a précisé dans sa communication que « ce parrainage répond à une charte très cadrée avec le souhait pour le club de préserver ses valeurs » : aucune des valeurs du rugby n’est compatible avec la promotion du porno auprès des jeunes.

Peut-être la réaction sur son compte twitter de Louis-Vincent Gave, président du club Biarritz Olympique adversaire le 1ermars prochain de l’US Carcassonne, vous a-t-elle déjà alertés ? Il écrit en effet : «  Donc, en France, on ne peut faire de pub pour le tabac ou l’alcool… mais l’exploitation de la femme, voir même la promotion du porno dans un stade rempli de mineurs, alors là, pas de problèmes ? Triste que le BOPB se retrouve engagé malgré nous dans ce coup de pub sordide ». Ces propos sont de nature à redonner au rugby la place qu’il convient dans le cœur des familles !

Nous comptons sur vous pour renoncer à ce partenariat néfaste avant la rencontre prévue le 1ermars, afin que le rugby demeure ce qu’il est, une aventure familiale tant les match réunissent les familles dans le public ainsi que très souvent des pères et leurs fils sur le terrain. 

A toutes fins utiles, nous vous signalons que la publicité faite par votre club pour un site pornographique tombe sous le coup de la loi, et plus précisément de l’article 227-24 du code pénal  aux termes duquel : « Le fait soit … de diffuser par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support un message à caractère violent, … pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ou à inciter des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger, soit de faire commerce d’un tel message, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende lorsque ce message est susceptible d’être vu ou perçu par un mineur ».

Nous souhaitons avant tout par ce message vous inviter à renoncer à ce partenariat et à rendre ainsi au rugby l’image qui est la sienne et qui nous est chère, mais nous n’hésiterons pas à agir en justice pour la défense des mineurs si la publicité pour ce site pornographique devait malheureusement figurer sur les maillots de vos joueurs. 

Avec par avance tous nos remerciements pour l’intérêt que vous voudrez bien porter à notre message recevez, madame la directrice générale, monsieur le président, l’expression de notre cordiale considération, 

Aude MIRKOVIC

Maître de conférences en droit privé

Porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance

%d blogueurs aiment cette page :