Un lien entre les cours d' »éducation sexuelle » et les « atteintes sexuelles »?

Xavier Breton, élu dans l’Ain, a émis son propos lors de la discussion d’un amendement à un projet de loi éducatif en commission à l’Assemblée nationale. 

Le fait d’avoir commencé à parler d’amour et de sexualité à l’école a-t-il favorisé la multiplication des atteintes sexuelles? C’est, en substance, ce qu’a suggéré le député Les Républicains de l’Ain Xavier Breton, mardi, lors d’une séance de travaux en commission des affaires culturelles à l’Assemblée nationale. 

La discussion portait sur un amendement au projet de loi « sur l’école de la confiance » défendu par l’exécutif. Déposé par Xavier Breton, il demande à ce que « l’éducation affective et sexuelle » soit « exclue » de l’enseignement moral et civique. L’idée plus globale, comme l’a expliqué l’intéressé en propos liminaire, est de « se méfier de l’ingérence de l’État dans la vie des familles ». Et ce en invoquant l’exemple de l’interdiction des fessées, votée par l’Assemblée nationale en novembre.

Approche trop « technique »?

L’élu LR a ensuite fait face à une opposition quasi générale des intervenants suivants, à commencer par la rapporteur du projet de loi. À la suite de quoi la députée MoDem de la Mayenne Géraldine Bannier a fustigé un « amendement complètement déconnecté du terrain ». D’après elle, le nombre élevé de « victimes d’abus sexuels » et de « jeunes filles qui tombent enceinte très jeunes » justifie la préservation de ce type d’enseignement.

« À cet argument, je pourrais répondre que quand il n’y avait pas d’éducation affective et sexuelle à l’école, il y avait beaucoup moins d’atteintes sexuelles. Moi je m’interrogerais sur la recrudescence », a rétorqué Xavier Breton, suscitant les huées de quelques collègues. « Ce n’est pas en s’emparant des questions affectives et sexuelles uniquement sous l’angle de la technique et sous une vision sombre des relations entre les hommes et les femmes qu’on va donner un sens du respect réciproque. »

D’un ton mesuré, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquera défendu « l’éducation à la sexualité progressive », adaptée selon les âges, afin de combattre les « grossesses précoces » et « l’invasion de la pornographie ». 

https://www.bfmtv.com/politique/un-depute-lr-lie-les-cours-d-education-affective-au-nombre-d-atteintes-sexuelles-1623008.html

%d blogueurs aiment cette page :