«Pourquoi Les Républicains s’opposeront à la PMA sans père»

« De quelle société voulons-nous ? » Après la décision du gouvernement d’ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, cinq parlementaires Les Républicains, Laurent Wauquiez, Christian Jacob, Bruno Retailleau, Franck Proust et Jean Leonetti[1], expliquent, dans une tribune du Figaro, les raisons de l’opposition de leur groupe à cette « évolution sociétale ».

« Tout ce qui est scientifiquement possible est-il pour autant humainement souhaitable ? Tous les désirs individuels doivent-ils être satisfaits par la technique ? La marche du progrès signifie-t-elle la négation des limites ? ». Ils mettent en garde contre les « dérives qu’il faut mesurer avec lucidité » que ne manquera pas de susciter la « PMA sans père ».

Ils dénoncent un engrenage, « une étape vers les mères porteuses et la marchandisation du corps de la femme », et s’interrogent sur les conséquences de la pénurie de gamètes qui conduira à « une marchandisation croissante des gamètes humains débouchant sur un véritable ‘business’ de la procréation », mais aussi à une « dérive eugéniste » où les « clients » choisiront leurs gamètes sur en fonction de critères dont « la couleur de la peau ou des yeux ».

Ils constatent que « nous semblons entraînés par une injonction au mouvement perpétuel, par un dépassement incessant des frontières, par une extension infinie des droits oublieuse de nos devoirs »et du côté de la médecine, ils dénoncent la transformation de la médecine au profit d’une « technique toute-puissante au service de tous les désirs et de tous les fantasmes repoussant sans cesse plus loin les frontières de l’éthique », orientée vers la promotion d’un « homme augmenté ». La question dépasse les clivages, José Bové « décrit l’extension de la PMA comme ‘la boîte de Pandore vers l’eugénisme et l’homme augmenté’ ».

Ils regrettent qu’« une certaine écologie politique se soucie à raison de protéger la planète, l’alimentation, les océans, les végétaux, les animaux, mais pas l’enfant à naître ». Et ils invitent à « redécouvrir le sens des limites en forgeant une écologie de l’enracinement, soucieuse de l’être humain », n’acceptant pas « que l’être humain soit déraciné et marchandisé ».


[1] Ils sont : président de LR, président du groupe LR à l’Assemblée nationale, président du groupe LR au Sénat, président de la délégation française au groupe du Parti populaire européen (PPE) du Parlement européen et président du Conseil national de LR.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :