Le magazine STYLIST, hebdomadaire gratuit distribué dans les lieux publics met la pornographie à la portée des enfants !

Diffusé massivement dans les lieux très fréquentés de 10 villes de France (transports en commun, halls d’entreprise, centres commerciaux), le magazine féminin Stylist se veut, selon le PDG du groupe Marie Claire: « conçu pour que les femmes le ramènent chez elles », mais il est mis délibérément à la portée de tous y compris des enfants !

Sous couvert de rupture de codes, la rédaction prodigue dans un dossier de 5 pages intitulé « Chaud devant » ses recettes pour imiter à la maison des scènes de films pornographiques légalement interdites aux mineurs, photos à l’appui.

Des conseils du type : « Hotel californication et si on s’inspirait des décors de films porno pour choisir notre prochaine destination de vacances ? » ou encore « Ayez l’esprit mal placé les designers n’ont jamais caché leur influence cul… patères en forme de seins…fauteuils foufounes et autres sextoys poignées pilules » sont largement dispensés au fil des pages.

A l’heure où les stars soutenues par les médias dénoncent les abus dont elles ont été victimes y compris dans leur enfance, il est temps de se mobiliser pour freiner la déferlante pornographique qui une fois de plus porte gravement atteinte aux droits les plus élémentaires des enfants et heurte leur pudeur.

L’association Juristes Pour l’Enfance va saisir le défenseur des enfants et agir auprès des maires des villes concernées :  PARIS, VERSAILLES, LILLE, MARSEILLE, AIX-EN-PROVENCE, LYON, BORDEAUX, TOULOUSE, NANTES, STRASBOURG et NICE.

Publicités

2 Commentaires

  1. Bonsoir,
    Message envoyé aux 10 maires des villes concernées. Merci pour votre rôle de protecteur et défenseur de l’Enfant.

  2. Suite du courrier mail envoyé à chaque maire des villes concernées. En substance :

    Bordeaux : on me remercie d’avoir alerté la mairie qui est déjà « vigilante en termes de communication ». La mairie m’invite à me manifester auprès de la rédaction du magazine.

    Nice : réponse par lettre. « Le maire a immédiatement saisi les services de la villes (…)
    qui ont mis en oeuvre deux mesures urgentes pour mettre fin à de tels comportements.
    La première consistant à saisir la commission de contrôle chargée de la surveillance et du contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence.
    La seconde visant à diligenter une procédure de signalement auprès du procureur de la République sur la base de l’article 40 du code de procédure pénale. Ces deux procédures sont en cours. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :